mis à jour le

Douze films qui s'attaquent à l'esclavage

De l'inoxydable "Racines" d'Alex Haley au récent "Django Unchained" de Quentin Tarantino, de nombreux films prennent à bras-le-corps la question de l’esclavage.

De l’intemporel Racines (Roots dans sa version originale) d’Alex Haley au récent Django Unchained de Quentin Tarantino, de nombreux films se sont penchés sur l’histoire de l’esclavagerapporte le site américain The Root.

The Root a ainsi répertorié 12 films, les meilleurs comme les pires, qui sont revenus sur cette part sombre de l'histoire. 

D’abord Sankofa, un film ghanéen d’Haile Gerima, produit en 1995. Ce dernier retrace l’histoire de Mona, un mannequin contemporain.

«Elle se retrouve possedée par les esprits qui hantent le château de Cape Coast au Ghana. Elle remonte dans le temps ou, sous l'identité de Shola l'esclave, elle est la victime de son maître », rapporte l’hebdomadaire français Télérama. Ce film a reçu le Grand Prix du Festival du film africain de Milan.

Viennent ensuite Autant en emporte le ventLa case de l’oncle Tom, Beloved avec Danny Glover et la célèbre Oprah Winfrey mais aussi Mandingo.

Ce film américain réalisé par Richard Fleischer en 1975, se déroule en 1840 dans le sud des Etats-Unis. En toile de fond des relations interraciales, les esclaves de la riche plantation fomentent une révolte.

L'un des films les plus connus est probablement Racines, tiré du roman d'Alex Haley publié en 1976. Le film retrace le parcours d'une famille afro-américaine en Amérique du Nord, de l'époque de l'esclavage à l'époque contemporaine. L'auteur remporta d'ailleurs en 1977, le Prix Pulitzer pour cet ouvrage.

 

Toujours dans la même veine, le film américain Amistad, du célèbre réalisateur Steven Spielberg. Sorti en salle en 1997, ce film revient sur l’histoire du navire espagnol l’«Amistad», qui transportait des esclaves africains.

«Pris dans une violente tempête au large de Cuba, une cinquantaine de prisonniers réussissent à se libérer de leurs chaînes et se retournent contre leurs bourreaux, qu'ils passent par les armes. Cinqué, leur leader, oblige le capitaine à les ramener vers l'Afrique, mais celui-ci, profitant de son ignorance, met le cap sur l'Amerique. Jetés en prison, les mutins vont être défendus par deux fervents abolitionnistes, Theodore Joadson et Lewis Tappan, qui engagent un jeune avocat, Roger Baldwin», explique le site français Allociné.

Un autre film avec l’infatigable Steven Spielberg aux manettes aborde la difficile thématique de l’esclavage. Il s’attaque dans Lincoln à un monument de l’histoire américaine et raconte par le menu sa lutte pour abolir l’esclavage. Ce film sortira le 31 janvier 2013 en France.

«Les derniers mois tumultueux du mandat du 16e Président des États-Unis. Dans une nation déchirée par la guerre civile et secouée par le vent du changement, Abraham Lincoln met tout en œuvre pour résoudre le conflit, unifier le pays et abolir l'esclavage. Cet homme doté d'une détermination et d'un courage moral exceptionnels va devoir faire des choix qui bouleverseront le destin des générations à venir

Et enfin le dernier opus du réalisateur américain Quentin Tarantino, Django Unchained, qui avant même sa sortie le 16 janvier 2013 en France, fait déjà couler beaucoup d’encre. Le film retrace en long, en large et en travers l’itinéraire d’un esclave qui arpente le Sud profond avec un étrange chasseur de primes. 

Lu sur The RootsTélérama et Allociné

A lire aussi

Le dictateur, un film raciste

La traite négrière divise les intellectuels africains

Beloved

Littérature

Les regrets d'Afrique de Toni Morrison

Les regrets d'Afrique de Toni Morrison

cinéma

Cannes 2014

«Timbuktu» ou la fournaise malienne filmée avec poésie

«Timbuktu» ou la fournaise malienne filmée avec poésie

AFP

Maroc: Ouarzazate veut redevenir la Mecque du cinéma

Maroc: Ouarzazate veut redevenir la Mecque du cinéma

Remake

Et si Thelma & Louise étaient plutôt noires?

Et si Thelma & Louise étaient plutôt noires?

Django Unchained

Entretien avec Tarantino

«Django Unchained», «pas raciste!»

«Django Unchained», «pas raciste!»