mis à jour le

Burkina: l'armée rend hommage aux 204 militaires "tombés pour la patrie"

Les forces armées du Burkina Faso ont rendu vendredi hommage aux 204 militaires "tombés pour la défense de la patrie" depuis 2016 lors d'attaques jihadistes, qui ont fait au moins 630 morts civils et militaires selon un comptage de l'AFP.

Cet hommage, marquée par une cérémonie de prise d'armes et la lecture des noms des "204 martyrs", a eu lieu à Ouagadougou, en marge de la commémoration de la création de l'armée burkinabé il y a 59 ans. 

"Il était tout à fait normal (...) dans ce combat que nous menons de pouvoir reconnaître tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines du terrorisme. C'est pour cela que la nation leur est définitivement redevable de cet engagement, jusqu'au prix suprême, qui est la vie", a déclaré le président Roch Marc Christian Kaboré, chef suprême des Forces armées. 

"Nous avons perdu beaucoup de soldats, nos populations payent un lourd tribut", a-t-il dit, assurant que "le gouvernement prendra toutes les dispositions pour soutenir les forces armées et faire en sorte que le moral de nos troupes soit au diapason du combat qu'ils mènent sur le terrain". 

"C'est un combat pour lequel nos adversaires de tous ordres tentent de nous démoraliser, de créer une certaine panique en notre sein". 

"Le Burkina Faso restera débout, hier avec nos ancêtres, comme aujourd'hui avec nous. Nous maintiendrons coûte que coûte, vaille que vaille, l'intégrité de notre territoire. Je suis convaincu que unis et solidaires nous pourrons remporter cette victoire", a-t-il affirmé.

"Malgré nos meurtrissures, nos deuils, nos douleurs, la commémoration de ce 59e anniversaire est la preuve de notre résilience que nous ont léguée nos devanciers", a déclaré pour sa part le ministre de la Défense, Chériff Sy. Il a appelé les forces de l'ordre à "continuer à faire preuve d'abnégation et de ténacité dans la lutte contre le terrorisme et à redoubler d'ardeur et de vigilance pour qu'ensemble nous puissions relever les défis qui se posent à nous". 

Le Burkina Faso est pris depuis près de cinq ans dans une spirale de violences attribuées à des mouvements jihadistes, certains affiliés à Al-Qaïda et d'autres au groupe Etat islamique.

Depuis début 2015, les attaques jihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l'Est, ont occasionné près de 500.000 déplacés internes et réfugiés selon l'ONU.

La semaine dernière, quelque 10.000 personnes s'étaient réunies pour montrer leur soutien aux forces armées, mal équipées, mal entraînée selon l'avis de nombreux observateurs et d'un grand nombre de leurs membres.

AFP

Ses derniers articles: Présidentielle en Côte d'Ivoire: des habitants d'Abidjan quittent la ville pour "ne pas revivre 2010"  Côte d'Ivoire: l'armée face au double défi de sa reconstruction et des jihadistes  A Alger, les habitants de Bab el Oued partagés avant le référendum constitutionnel 

hommage

AFP

Le Mali rend hommage

Le Mali rend hommage

AFP

Niger: hommage aux huit personnes assassinées

Niger: hommage aux huit personnes assassinées

AFP

Niger: Macron rend hommage aux six victimes françaises

Niger: Macron rend hommage aux six victimes françaises

l'armée

AFP

Côte d'Ivoire: l'armée face au double défi de sa reconstruction et des jihadistes

Côte d'Ivoire: l'armée face au double défi de sa reconstruction et des jihadistes

AFP

Mozambique: l'armée progresse vers le repaire des rebelles islamistes

Mozambique: l'armée progresse vers le repaire des rebelles islamistes

AFP

Est de la RDC: la principale rébellion burundaise délogée de son fief par l'armée

Est de la RDC: la principale rébellion burundaise délogée de son fief par l'armée

militaires

AFP

Mali: la libération de prisonniers laisse un goût amer aux militaires français

Mali: la libération de prisonniers laisse un goût amer aux militaires français

AFP

Mali: des militaires prennent le contrôle d'une garnison proche de Bamako

Mali: des militaires prennent le contrôle d'une garnison proche de Bamako

AFP

Trois militaires inculpés pour un massacre de civils au Cameroun anglophone

Trois militaires inculpés pour un massacre de civils au Cameroun anglophone