mis à jour le

Le Nigeria autorise la reprise des activités de deux ONG accusées d'"aider" Boko Haram

Le gouvernement nigérian a autorisé deux organisations humanitaires internationales à reprendre leurs activités dans le nord-est du pays dévasté par le conflit avec le groupe armé islamiste Boko Haram après plus d'un mois de suspension pour "aide aux terroristes". 

"La suspension des deux organisations internationales, Mercy Corps et Action contre la Faim (ACF), est temporairement levée", a déclaré mercredi la Ministre des Affaires humanitaires et sociales, Sadiya Farouq. 

"Les inquiétudes et les recommandations exprimées par le conseil vont toutefois continuer à recevoir notre attention", a-t-elle ajouté, lors d'un point presse. 

A la mi-septembre, sans préavis, l'armée nigériane avait fermé les locaux d'ACF et de Mercy Corps, accusant les ONG d'avoir "aidé et encouragé les terroristes et leurs atrocités". 

Selon les Nations unies, près de 400.000 personnes souffrent de l'interruption de l'action de ces deux organisations, qui les laisse "sans nourriture ni autre aide essentielle depuis un mois". 

Au cours d'une visite au Nigeria la semaine dernière, Mark Lowcock, secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires, avait déclaré avoir "reçu l'assurance des autorités compétentes que la suspension des activités de Mercy Corps et d'Action contre la faim sera levée dans quelques jours".

Selon l'ONU, le conflit, qui ravage le nord-est du Nigeria depuis dix ans, a fait 35.000 morts, près de 2 millions de déplacés, dont 140.000 cette année, et plus de trois millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire.

Fin octobre, Médecins sans Frontières a demandé un "soutien massif et constant" dans ses actions humanitaires dans les Etats de Borno, Adamawa et Yobe (nord-est). 

"Aujourd'hui, nous sommes dans l'incapacité d'atteindre des régions", a fait savoir MSF dans un communiqué. "Près d'un million de personnes sont dans des zones inaccessibles à cause des combats, de l'état des routes ou des interdictions de se déplacer ou de transporter des biens". 

AFP

Ses derniers articles: Ghana: dernier jour de campagne avant la présidentielle lundi  Mali: un colonel élu  Laurent Gbagbo annonce son retour en Côte d'Ivoire en décembre 

haram

AFP

"C'était un piège": un survivant du massacre de Boko Haram raconte

"C'était un piège": un survivant du massacre de Boko Haram raconte

AFP

Nigeria: retour en masse des déplacés de Boko Haram malgré la tuerie du weekend

Nigeria: retour en masse des déplacés de Boko Haram malgré la tuerie du weekend

AFP

Nigeria: 3.000 déplacés de Boko Haram reconduits chez eux malgré la tuerie du weekend

Nigeria: 3.000 déplacés de Boko Haram reconduits chez eux malgré la tuerie du weekend

Nigéria

AFP

Au moins 110 civils tués dans une attaque jihadiste au Nigeria

Au moins 110 civils tués dans une attaque jihadiste au Nigeria

AFP

Le président du Nigeria intransigeant face au soulèvement populaire

Le président du Nigeria intransigeant face au soulèvement populaire

AFP

Le Nigeria sous le choc après un "mardi sanglant"

Le Nigeria sous le choc après un "mardi sanglant"

ONG

AFP

Des ONG réclament la libération de journalistes détenus depuis un an au Burundi

Des ONG réclament la libération de journalistes détenus depuis un an au Burundi

AFP

Tunisie: des ONG soutiennent un journaliste algérien condamné

Tunisie: des ONG soutiennent un journaliste algérien condamné

AFP

Nigeria: les groupes jihadistes étendent leur influence dans le nord-ouest, selon une ONG

Nigeria: les groupes jihadistes étendent leur influence dans le nord-ouest, selon une ONG