SlateAfrique

mis à jour le

Egypte - La nouvelle Constitution, une gifle pour les femmes

Le « Oui » devrait vraisemblablement l’emporter au regard des premières estimations. Une gifle pour les féministes égyptiennes.

Le site de la Deutsche Welle est allé à la rencontre de l’une d’entre-elle, avocate de profession et présidente du centre égyptien pour les droits des femmes. Se définissant comme féministe et musulmane, Nihad Abou El Konsam craint que les islamistes utilisent cette nouvelle Constitution à des fins rétrogrades.   

«C'est un désastre. Il n'y a pas un seul article dans le projet de constitution qui mentionne les droits des femmes», a déclaré Abou El Nihan Konsam.

Seul l’article 10 du projet de Constitution évoque le rôle des femmes principalement circonscrit à la sphère familiale. 

Depuis près d’un mois, le projet de Constitution adopté puis soumis précipitamment par référendum divise les Egyptiens. L'opposition - qui peine par ailleurs à s’unir et à représenter une alternative politique aux Frères musulmans – dénonce les dérives théocratiques du président Mohammed Morsi.   

Le premier tour avait donné une très courte avance aux Frères musulmans. Nihad Abou El Konsam a voté contre. L'adoption de la Constitution laisse présager un retour en arrière de 100 ans pour l'Egypte, selon l'avocate. 

Elle dit ne pas être opposée à la charia mais bien à la nature du régime qui est en train de se mettre en place. 

Lu sur Deutsche Welle

A lire aussi

Femmes arabes: "Ne me libère pas, je m'en charge"

Harcèlement sexuel en Egypte: Vers un éveil des consciences