mis à jour le

Des victimes des inondations en Mozambique, 5 mars 2001. AFP/Themba Adebe
Des victimes des inondations en Mozambique, 5 mars 2001. AFP/Themba Adebe

Apocalypse now! Vous voulez rire?!

Vous êtes vraiment sérieux? Oui, vous là, avec les chapeaux colorés. Vous croyiez vraiment que l’humanité allait s’éteindre le 21 décembre 2012?

Non, sans déconner! Vous y croyez-vous, à cette prédilection funeste des Mayas, vous savez, ces Amérindiens dont la civilisation a disparu depuis belle lurette et à qui l’humanité prête des dons pointus en sciences occultes?

Va-t-il réellement se produire le big bang qui anéantirait l’humanité à tout jamais ce 21 décembre 2012?

Depuis le 20 décembre 2012, à minuit, le compte à rebours aurait donc démarré. Et, l’humanité serait proche de l’heure fatidique et assisterait impuissante à sa propre destruction.

La prédiction, basée sur un alignement néfaste du soleil avec le centre de la voie lactée explique une inversion des deux pôles magnétiques, qui causerait donc l’apocalypse, annoncée depuis la nuit des temps dans les Livres saints avec l’arrivée d’un messie.

Seulement, aujourd’hui, c’est le chanteur coréen Psy, auteur du tube planétaire Gangnam Style, qui fait office de cavalier de la fin du monde, sur la base d’une citation donnée il y a des centaines d’années.

Jamais une prédilection de fin du monde n’aura suscité autant d’engouement. Même si, du côté de l’Afrique, on n’y croit pas vraiment. Comme le dit un adage wolof (principale ethnie au Sénégal), les mauvais présages sont comme un coup de lance, ils ne retombent dans le dos que de ceux qu’ils l’ont fabriqué.

Autant dire que même si l’humanité est frappée d’un cataclysme, tsunami, tremblement de terre, déluge ou autre catastrophe naturelle qui l’anéantirait, l’Afrique sera saine et sauve.

Tous ceux qui évoquent la fin du monde pour ce 21 décembre en parlent avec humour. Rien de bien alarmant, qui nécessiterait que l’on fasse nos dernières prières.

Il est midi!

Il est midi. Et à en croire certaines prédictions, la catastrophe souviendrait à 12h12minutes tapantes. Et pourtant, il ne se passe toujours rien! Le bleu du ciel n’a pas changé et on ne sent pas non plus la terre se dérober sous nos pieds.

Mais en vérité, «l’heure exacte n’est pas confirmée, mais vous savez bien, au Sénégal, on fera tout pour ne pas être ponctuels. Même pour une embauche, un vrai Sénégalais (généralement Wolof du centre) resté longtemps au chômage s’arrangera toujours pour arriver en retard. Alors, vous pensez bien que pour la fin des temps, ce n’est pas au Sénégal qu’on n’y sera en avance», ironise Ibou Fall dans sa chronique hebdomadaire Sénégalaiserie.

Le journaliste de Sud Quotidien s’interroge sur ses «compatriotes d’habitude si friands de prédictions et qui gobent n’importent quoi, pourvu qu’il n’y ait pas une explication rationnelle», mais qui cette fois, «n’avalent un traitent mot de cette affaire».

Pas même, les avertissements de l’astrologue Pape Jean Fall, qui prédit aussi un évènement ce 21 décembre, n’ont pu ébranler la foi des Sénégalais qui, le sait-on, sont champions du syncrétisme religieux. Personne ne l’écoute malgré son intervention sur la chaîne de télévision privée, Walfadjiri.

Pour l’Afrique, le monde s'effondre (déjà)

Les guerres, la famine, la pauvreté, les inondations, les invasions de criquets, les épidémies, les morts brutales: l’Afrique, «a déjà bu ces petites misères comme du lait», rappelle la chronique de Sud Quotidien.

Donc à ce jour du «21 décembre 2012, il ne se passera rien, évidemment, rien», signe le bihebdomadaire du Congo la Semaine africaine.

Le magazine explique que, à travers la catastrophe annoncée, certains y ont trouvé une occasion pour exploiter le sentiment de peur. Et même s’il ne s’agit que d’une fâcheuse blague, cette prédication traduit un malaise social réel.

Au Congo, l’annonce de la fin du monde a fait grand bruit. Dans ce pays traversé par la guerre, les accidents, les crashs d’avion, les pluies torrentielles, «les Congolais pensent déjà que ces catastrophes naturelles sont les signes annonciateurs de la fin du monde attendue», explique le journal.

Pis encore, c'est comme si tous les malheurs de la terres se sont abbatus sur le pays.

«La vie est devenue très dure, pour de nombreux Congolais, la pauvreté fait rage, dans une large couche de la population, en milieu rural, comme en milieu urbain: bien se loger, se nourrir, se soigner, sont devenus des rêves irréalisables, pour de nombreuses familles. La désillusion des promesses politiques, les faiblesses d’un Etat qui n’arrive pas, souvent, à indemniser toutes les victimes de ces catastrophes et accidents, ont fini par cultiver un terrain favorable aux croyances relatives à la fin du monde.»

Et d'ajouter:

Certains, ayant cédé au nihilisme, n’hésitent pas à penser que c’est même mieux, comme ça il n’y aura plus personne qui va rester sur terre et nous tous, riches et pauvres, nous subirons le même sort», souligne l’hebdomadaire.

Et pour ces populations devenues frustrées et aigries, la fin du monde ne serait «la revanche du destin sur «l’égoïsme» des nantis et de ceux qui dirigent, et qui ne pensent qu’à eux-mêmes, à leurs progénitures, leurs clans, leurs amis », note la Semaine Africaine.

En revanche, au Cameroun, toute cette histoire «paraît bien rigolo». Seulement, cette fin des temps annoncée par les Mayas, «pourrait rapidement installer la psychose au sein de la population camerounaise, notamment chez les internautes hyperactifs», souligne Cameroon Voice.

Mais c’est surtout les réseaux sociaux qui font le buzz où l’inquiétude se fait de plus en plus sentir.

«Sur Twitter, un internaute camerounais, soutient qu'il fait déjà des adieux à ses proches, demande pardon à ceux qu'il aurait blessés, et rembourse ses dettes, en attendant la fin du monde», rapporte le site.

Mais, c’est surtout la diffusion au Cameroun de certains documentaires portant sur des enquêtes sur le fameux calendrier Maya qui fait monter la tension. 

La menace est-elle vraiment à prendre au sérieux? On n'est plus qu'à quelques minutes de l'Heure H, wait and see.

 Lala Ndiaye

 

A lire aussi

La fin du monde n'aura pas lieu en Afrique

Et si l'Europe était plus superstitieuse que l'Afrique?

Congo: le jour où Brazzaville a explosé

Lala Ndiaye

Lala Ndiaye. Journaliste à Slate Afrique

Ses derniers articles: Karim Wade est-il un homme «persécuté»?  Dakar dans la hantise d’un péril islamiste  Apocalypse now! Vous voulez rire?! 

apocalypse

Coupé Décalé

La fin du monde, mais pas en Afrique

La fin du monde, mais pas en Afrique

buzz

Buzz

Ecoutons le témoignage du «père de la putain»

Ecoutons le témoignage du «père de la putain»

La rédaction

Vidéos, photos, commentaires… la victoire de l’Algérie fait le buzz sur Internet !

Vidéos, photos, commentaires… la victoire de l’Algérie fait le buzz sur Internet !

Steven LAVON

Mondial 2014: Drogba fait le buzz avec un geste défensif acrobatique

Mondial 2014: Drogba fait le buzz avec un geste défensif acrobatique

messie

satarbf

Ni père , ni prédicateur ,ni messie !

Ni père , ni prédicateur ,ni messie !

BSD

‘’Mackillage SALL’’ veut une brochette de personnalités pour pouvoir avaler tout crue le messie ‘’SAR’’ Samuel !

‘’Mackillage SALL’’ veut une brochette de personnalités pour pouvoir avaler tout crue le messie ‘’SAR’’ Samuel !

BSD

‘’Mackillage SALL’’ veut une brochette de personnalités pour pouvoir avaler tout crue le messie ‘’SAR’’ Samuel !

‘’Mackillage SALL’’ veut une brochette de personnalités pour pouvoir avaler tout crue le messie ‘’SAR’’ Samuel !