mis à jour le

Hillary Clinton et Laurent Fabius, siège de l'ONU, 26 septembre 2012. © MICHAEL NAGLE / AFP
Hillary Clinton et Laurent Fabius, siège de l'ONU, 26 septembre 2012. © MICHAEL NAGLE / AFP

Afrique: les dossiers qui opposent Paris et Washington

La France et les Etats-Unis ont des positions divergentes sur le Nord-Mali mais aussi sur la Côte d’Ivoire. Comment l’expliquer?

Mise à jour du 9 janvier 2013: Plusieurs centaines de personnes ont manifesté le 9 janvier à Bamako et Kati pour réclamer des "concertations" sur la transition au Mali, la libération de ses régions du Nord occupées par des groupes islamistes armés et le départ du président intérimaire Dioncounda Traoré.

A Bamako, des manifestants ont tenu un sit-in sur la Place de l'Indépendance, brûlé des pneus et perturbé le trafic sur deux des trois ponts qui relient les deux rives du fleuve Niger coupant la ville en deux, ont constaté des journalistes de l'AFP.

****

 

La petite phrase restera dans les annales de la diplomatie. Et résume à elle seule les divergences franco-américaines sur les modalités d’une intervention militaire africaine pour chasser les islamistes du Nord-Mali.

Le plan français pour le Nord-Mali? «C’est de la merde.»

Ce n’est pas n’importe quel yankee qui a prononcé ce commentaire définitif, mais bien Susan Rice. Ambassadrice américaine auprès de l’ONU. Excusez du peu! La petite histoire ne dit pas si le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a fait la grimace.

Mais officiellement, le patron du Quai d’Orsay est resté «droit dans ses bottes», pour reprendre l’expression d’un de ses prédécesseurs (Alain Juppé).

Mais, avant le vote de la résolution 2085 par le Conseil de sécurité de l'ONU, le 20 décembre, sur le déploiement d'une force internationale au Mali, les négociations entre Paris et Washington n’ont pas été faciles.

Le porte-parole du département d’Etat Victoria Nuland le confirme:  

«Nous avons travaillé très dur pour régler des problèmes techniques et des questions relatives au déroulé [d’une intervention militaire]» .

Washington avait clairement pris position pour une opération en deux temps: d’abord la négociation, puis ensuite l’intervention militaire. Pour les Etats-Unis, il était plus que hasardeux de se lancer dans une nouvelle aventure militaire au cœur du plus grand désert du monde avec une force ouest-africaine de 3.300 hommes qui, pour l’instant n’inspire pas vraiment la confiance.

Le remède ne risque-t-il pas de tuer le malade et disséminer le virus islamiste chez les pays voisins? Un diplomate occidental interrogé par Reuters, visiblement proche des positions américaines, a récemment déclaré que Washington était «très sceptique» sur le plan français et a «des doutes sérieux» sur le succès d’une telle intervention militaire dans le sables du Nord-Mali.

«Peu confiance»

Les Etats-Unis n'ont que «peu confiance» sur le fait que les pays constituant la force africaine «puissent faire le travail» et sur les capacités actuelles de l’armée malienne à aller se battre contre des «fous de Dieu» fanatisés et bien armés.

Paris a tenu compte de ces réticences et son projet de résolution a donc intégré le déploiement d’une force par étapes, sans calendrier précis.

Mais Paris reste en pointe pour organiser une intervention militaire dans les plus brefs délais et a demandé à ses relais africains de donner de la voix pour soutenir son plan. Paris sait qu’il peut compter sur le soutien de l’exécutif (francophone) de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) .

Le président en exercice de la Cédéao, l’Ivoirien Alassane Ouattara, multiplie les déclarations pour une action rapide, tout comme le président de l’Union africaine, le Béninois Boni Yayi. A la plus grande satisfaction de Paris.

Mais cette unité de façade au niveau régional et continental dissimule de profondes divergences, notamment en Afrique de l’Ouest. Le Burkina, le Tchad et la Mauritanie, dont les dirigeants sont pourtant réputés proches de Paris, ont opté clairement pour l’option de la négociation avec les islamistes.

Et se sont alignés sur la position algérienne, qui voit toujours d’un mauvais œil une intervention militaire soutenue par Paris et Washington près de ses frontières méridionales. Alger n’est pas exempt de tout reproche dans la crise du Nord-Mali. Loin de là. Tant elle a paru «exporter» hors de ses frontières ses propres islamistes.

Le président français, François Hollande, a tenté, cette semaine à Alger, de convaincre son homologue Abdelaziz Bouteflika du bien-fondé du volontarisme militaire tricolore. Le Quotidien d’Oran souligne même l’«entêtement» français:

«Paris semble s'entêter. On a prôné l’intervention militaire et on ne transige pas! Comme si admettre qu’une intervention militaire +rapide+ et non préparée politiquement serait +perdre la face+»

En plus, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon reste très prudent et n’a pas été convaincu par le plan français.

«Cancer islamiste»

Tout le monde garde à l’esprit l’intervention occidentale en Libye, avec là-encore la France en première ligne, qui a abouti au renversement du régime de Kadhafi. Mais aussi et surtout à la dissémination d’armes de guerre dans tout le Sahel.

Et à la prise de contrôle du Nord-Mali par des groupes islamistes. Cette région, grande comme la France, constitue actuellement le plus vaste sanctuaire islamiste au monde. Les populations qui sont restées sur place vivent sous le règne d’une charia impitoyable.

Et les chancelleries européennes craignent une contamination régionale et même des répercussions en Europe. C’est en grande partie les raisons qui expliquent pourquoi Paris est si pressé d’agir face au «cancer islamiste».

La France surveille attentivement sur son territoire les jeunes originaires d’Afrique ou des Français convertis à l’Islam qui seraient tentés de rejoindre les djihadiste du Sahel.

Mais de nombreuses capitales ouest-africaines gardent aussi à l’esprit que les Occidentaux, et en premier lieu les Français, ont mal préparé l’après-Kadhafi. Et que si le Nord-Mali est occupé par des islamistes qui ont fait leur course dans l’arsenal libyen, c’est en grande partie leur faute. Bref, la suspicion règne.

Et les divergences franco-américaines n’arrangent rien. D’autant plus qu’on les retrouve sur un autre grand dossier: la Côte d’Ivoire.

Justice réservée aux vaincus

L’ambassadeur américain à Abidjan a lancé sa dernière pique début décembre au moment où le président Ouattara était en visite … à Paris. Difficile de ne pas y voir aussi un message à l’allié français. Le diplomate américain estime que les choses ne bougent pas suffisamment vite, près de deux ans après l’arrivée de Ouattara au pouvoir.

Selon lui, la justice tant nationale qu’internationale est toujours réservée aux vaincus, c’est-à-dire au camp Gbagbo. Difficile en effet de ne pas faire le même triste constat. Et tant que ce problème ne sera pas réglé, la réconciliation ne sera qu’un vain mot.

Il ne suffit pas de mettre en place une commission-bidule pour panser les plaies d’un pays traumatisé par plus d’une décennie de haine et de xénophobie. Et Washington a raison de mettre la pression sur le président Ouattara pour accélérer le rythme. «Il ne faut clouer la Côte d’Ivoire au pilori», répond la presse pro-Ouattara. Mais il faut quand même ouvrir les yeux.

Et Paris préfère les garder mi-clos. Début décembre, le ministre français de l’Economie Pierre Moscovici a même fait le déplacement à Abidjan pour signer une aide massive de plus de 600 millions d’euros et exhorter les entreprises tricolores à revenir investir dans le pays.

Moscovici a été très clair:

«Nous sommes venus pour promouvoir la coopération entre nos deux pays, pour être auprès de nos entreprises (…) ce qui ne veut pas dire que nous sommes indifférents aux droits de l’Homme.»

Mais si Paris conforte son allié Ouattara, dont il a besoin pour le Nord-Mali, nul doute que Washington continuera à faire entendre sa partition. Tant sur la Côte d’Ivoire que sur le Sahel.

Adrien Hart

Retrouvez tous les articles de notre dossier Mali: un pays coupé en deux

Adrien Hart

Adrien Hart est journaliste, spécialiste de l'Afrique.

Ses derniers articles: L'Afrique qui marche est anglophone  Le Sénégal a du pain sur la planche  Mali: Paris et Washington, pas d'accord 

Alassane Ouattara

Bilan de santé

Nos présidents ne se feront jamais soigner dans leur pays

Nos présidents ne se feront jamais soigner dans leur pays

Tribune

Côte d'Ivoire: il faut tenir les promesses d'une justice impartiale

Côte d'Ivoire: il faut tenir les promesses d'une justice impartiale

calculs

Côte d'Ivoire: la réconciliation commence seulement

Côte d'Ivoire: la réconciliation commence seulement

Cédéao

Panique

L'épidémie d'Ebola en Guinée devrait tous nous inquiéter

L'épidémie d'Ebola en Guinée devrait tous nous inquiéter

AFP

La Cédéao salue Mandela qui a légué au monde "l'héritage du pardon"

La Cédéao salue Mandela qui a légué au monde "l'héritage du pardon"

Qui-vive

Le Mali ne doit pas baisser la garde face aux djihadistes

Le Mali ne doit pas baisser la garde face aux djihadistes

coup d'Etat Mali

Obstination

Mali: le capitaine Sanogo reste persuadé d'avoir «sauvé» son pays

Mali: le capitaine Sanogo reste persuadé d'avoir «sauvé» son pays

Désarroi

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Paroles d'expert

Comment lutter contre le djihad au Mali

Comment lutter contre le djihad au Mali