mis à jour le

Les Guinéens manifestent en masse contre une "présidence

Les Guinéens vêtus de rouge ont défilé en masse jeudi à Conakry pour dire non à un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé, confronté depuis deux semaines à une contestation qui a fait une dizaine de morts, a constaté un correspondant de l'AFP.

Une foule considérable - des centaines de milliers de personnes selon des journalistes locaux, un million selon les organisateurs, 30.000 selon le gouvernement - a marché sur plusieurs kilomètres aux cris de "amoulanfe" ("ça ne passera pas" dans la langue locale) ou "à bas la dictature", sans heurts malgré une forte et discrète présence policière et le contexte de crise politique.

"Nous sommes fatigués des mensonges, des fausses promesses et surtout (du fait) qu'il (Alpha Condé) ne soit plus en mesure de répondre aux attentes de la population. Alors dix ans, ça suffit", a dit Souleymane Kamagathe, boulanger, au milieu de cette masse humaine bruyante progressant dans la chaleur vers le stade du 28-Septembre, destination de la marche.

Les Guinéens ont manifesté ailleurs, à Labé, Mamou ou Pita (centre) où, selon le gouvernement, les protestataires ont lancé des pierres sur un commissariat, seul incident rapporté de la journée. 

La Guinée, petit pays de 13 millions d'habitants, pauvre malgré d'importantes ressources minières, est en proie depuis le 14 octobre à une intense contestation. Au moins huit manifestants (dix selon l'opposition) et un gendarme ont été tués, des dizaines d'autres blessés, des dizaines arrêtés et jugés.

Cinq dirigeants du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui a pris l'initiative du mouvement, ont été condamnés mardi à des peines allant de six mois à un an de prison ferme.

Les défenseurs des droits humains dénoncent une répression visant à faire taire l'opposition.

Le FNDC, coalition de partis d'opposition, de syndicats et de membres de la société civile, a appelé à marcher "contre la présidence à vie" dans la capitale et ailleurs dans le pays. Il est résolu à faire barrage au projet prêté au président de briguer sa propre succession en 2020 et de changer à cette fin la Constitution, qui l'empêche de concourir à un troisième mandat.

Les tensions font redouter une escalade dans un pays coutumier des manifestations et des répressions violentes. La communauté internationale inquiète a appelé au dialogue et au respect des droits.

Dans un apparent souci de réduire la pression, le gouvernement a autorisé la marche de jeudi. Mais il a validé un parcours éloigné des lieux du pouvoir.

- Opposition "putschiste" -

Nombre de manifestants se sont vêtus de rouge, symbolisant selon le FNDC le sang des manifestants tués la semaine passée, la colère contre les arrestations et le refus d'un changement de Constitution.

"Alpha Condé nous a fait rêver", dit Dalanda Barry, médecin, "il nous a promis la terre et le ciel. Il est fatigué, il est temps qu'il parte pour réduire un peu le taux de corruption".

La personne d'Alpha Condé est au coeur de l'agitation. Opposant historique qui connut l'exil et la prison, il a été le premier président démocratiquement élu en 2010, réélu en 2015. Son avènement a marqué l'instauration d'un gouvernement civil après des décennies de régimes autoritaires et militaires.

Mais après une évolution encourageante, les défenseurs des droits rapportent une régression ces derniers mois et une interdiction de fait de toute manifestation depuis juillet 2018. L'opposition dénonce une dérive "dictatoriale" de M. Condé, à, l'instar de nombreux leaders africains.

A 81 ans, M. Condé ne confirme ni n'infirme les intentions qu'on lui attribue.

Dans un entretien accordé au quotidien français le Monde, il entretient le doute sur une révision de la Constitution, la possibilité d'un référendum et ses plans personnels.

La question d'une candidature en 2020 "ne se pose pas pour le moment tant que je n'ai pas fini mon mandat", dit-il. Quant à l'opposition, elle "a toujours été putschiste". 

Aucune sortie de crise n'est en vue. Le FNDC appelle à se rassembler à nouveau le 30 octobre et à deux journées villes mortes les jours précédents.

AFP

Ses derniers articles: Au Mali, le président lance une initiative de sortie de crise, sans l'opposition  Omar el-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages  Soudan: Béchir condamné 

Guinéens

AFP

Guinée: des centaines de Guinéens défilent derrière les cercueils de manifestants tués

Guinée: des centaines de Guinéens défilent derrière les cercueils de manifestants tués

AFP

Des milliers de Guinéens manifestent pour soutenir le président dans la crise

Des milliers de Guinéens manifestent pour soutenir le président dans la crise

AFP

Les Guinéens aux urnes pour les premières municipales depuis 2005

Les Guinéens aux urnes pour les premières municipales depuis 2005