mis à jour le

Afrique du Sud: l'ex-chef de l'opposition quitte aussi le Parlement et son parti

Le chef démissionnaire de l'opposition sud-africaine, Mmusi Maimane, a annoncé jeudi qu'il renonçait également à son siège de député et qu'il quittait son parti, l'Alliance démocratique (DA), déchiré par un débat sur la question raciale.

Premier dirigeant noir de l'histoire de la DA depuis 2015, M. Maimane a lancé mercredi un pavé dans la mare en renonçant à ses fonctions de chef de parti.

Devant la presse, il a expliqué sa décision par les "attaques coordonnées" d'une frange du mouvement, encore largement considéré comme un "parti de Blancs", qui s'opposait à sa politique d'ouverture en faveur de la majorité noire du pays. 

La DA a été fondée en 2000 par la réunion de trois partis issus de la minorité blanche du pays.

"La DA n'est pas le meilleur outil pour promouvoir une politique visant à bâtir une seule Afrique du Sud", a tranché M. Maimane.

Jeudi, l'ex-dirigeant politique, 39 ans, a annoncé qu'il abandonnait aussi son siège de député, qu'il occupait depuis 2014, et rendait sa carte du parti.

"J'ai démissionné aujourd'hui de la DA et du Parlement", a-t-il écrit sur son compte Twitter. "Servir la peuple d'Afrique du Sud a été mon plus grand honneur et je vais continuer à le faire", a-t-il poursuivi, sans plus de détails.

Sous sa direction, l'Alliance démocratique a remporté un succès historique aux élections locales en 2016 en ravissant au Congrès national africain (ANC) au pouvoir la tête de municipalités emblématiques comme Johannesburg et Pretoria.

Mais le parti a subi un cuisant échec en mai lors des élections générales en ne recueillant que 20,6% des voix, en nette baisse, loin derrière l'ANC qui a conservé sa majorité.

Son ancienne cheffe Helen Zille, une Blanche qui a suscité la polémique en saluant les aspects "positifs" du colonialisme, menait depuis des mois la fronde contre M. Maimane.

Un quart de siècle après la chute du régime de l'apartheid, la question raciale continue à hanter l'Afrique du Sud.

pa/jlb

    

AFP

Ses derniers articles: Affaire Drareni: le président Tebboune accuse RSF de vouloir "déstabiliser" l'Algérie  Nigeria : fin de la grève des professionnels de la santé  RDC: des check-points pour traquer les taxis-ravisseurs de femmes 

Afrique

AFP

Xénophobie chronique en Afrique du Sud: les étrangers "vivent dans la peur" (HRW)

Xénophobie chronique en Afrique du Sud: les étrangers "vivent dans la peur" (HRW)

AFP

Une "trahison": le Covid en Afrique offre un nouveau marché aux corrompus

Une "trahison": le Covid en Afrique offre un nouveau marché aux corrompus

AFP

Afrique du Sud: le procès de l'ex-président Zuma de nouveau reporté

Afrique du Sud: le procès de l'ex-président Zuma de nouveau reporté

parlement

AFP

Algérie: le Parlement adopte la réforme constitutionnelle avant un référendum

Algérie: le Parlement adopte la réforme constitutionnelle avant un référendum

AFP

Algérie: le Parlement adopte la réforme constitutionnelle

Algérie: le Parlement adopte la réforme constitutionnelle

AFP

En Egypte, des élections sans enjeu pour renouveler la chambre haute du Parlement

En Egypte, des élections sans enjeu pour renouveler la chambre haute du Parlement