mis à jour le

François Hollande et Abdelaziz Bouteflika, juillet 200§, Alger. © FAYEZ NURELDINE / AFP
François Hollande et Abdelaziz Bouteflika, juillet 200§, Alger. © FAYEZ NURELDINE / AFP

Algérie-France, ce vieux couple qui nous fatigue

Le chroniqueur algérien Kamel Daoud saisit l'occasion de la visite de Hollande pour démythifier les relations franco-algériennes, qui rabâchent, selon lui, des histoires qui n'intéressent pas grand-monde.

Il faut bien parler de la visite de Hollande en Algérie. Mais qu'en dire? A force de routine, ce genre de visites ne veut plus rien dire de plus qu'autrefois.

Un président français arrive, va à Alger, mange avec Bouteflika, discute avec des hommes d'affaires de la Chambre de commerce mixte, va à l'APN (Assemblée populaire nationale, le Parlement algérien) parler à des députés paresseux après le départ du colon, puis s'en va vers une ville de l'intérieur du pays discourir face à des étudiants qui veulent partir en France ou qui ne le peuvent pas ou qui veulent vivre, pas écouter.

Ensuite? Un lent temps mort qui sera meublé par les journaux. C'est le temps de l'audit postcolonial de l'ex-colonie par les médias français. C'est le temps du linge sale pour les médias algériens et des fausses polémiques.

Avant, on parlera de l'affaire des moines de Tibhirine comme toujours. Après, on parlera de visas. Entre les deux, on parlera beaucoup de rien du tout. Le président français va faire allusion à l'allusion de la repentance.

Une colonisation réciproque qui n'en finit pas

En Algérie, un ministre assis va parler des ascendants hollandais de Hollande. En France, un nostalgique va parler de hollandisme mou envers l'Algérie. On aura des chiffres et les deux pays ne finiront pas de se coloniser l'un l'autre: l'Algérie en conquête de la France par les banlieues, la France qui contrôle l'Algérie par les centres-villes et les centres de décision.

De la périphérie vers le centre, du centre vers la périphérie. A force d'effets d'annonce, de démentis, de reculades, de signatures et de refondations, l'évènement a fini par tomber dans la routine des vieux couples depuis des années.

C'est à peine si l'Algérien s'y intéresse. Et encore plus pour un président français encore sans consistance «internationale», sans politique «arabe» et sans charisme. Et encore plus avec l'effet troisième âge, qui frappe les relations algéro-françaises: à peine renouvelées pour les jeunes générations, à peine respirables pour les anciennes qui s'y accrochent comme à une épopée morte.

On y parle d'ailleurs tellement de colonisation, excuses, histoires, guerres et déchirure qu'il semble que l'audimat premier de cet échange soit les cimetières, pas les vivants. De «l'ennuyant», en somme. Et cause de myopie généralisée.

Les excuses, une histoire de vieux

On arrive en Algérie avec l'idée que tout le monde y parle de la colonisation, même chez les nouveaux-nés et on découvre que l'on y parle d'autre chose et qu'il s'agit seulement de discours de vieux (qui se soignent en France) pour la consommation interne.

Ici, autant qu'autrefois, on a besoin de faire la guerre à la France pour rester aux commandes et sur l'Olympe. Et là-bas, on a besoin de penser en «métropole» pour croire à un empire aujourd'hui mort et enterré ou à redessiner.

A la fin? Rien à dire. La guerre est une histoire de morts. Les excuses sont une histoire de vieux.

Les relations algéro-françaises sont une histoire qui m'ennuie. Et moi, je suis une histoire neuve qui commence ou qu'on empêche de commencer. Peut-on récrire le «J'accuse» sous forme de «Je m'ennuie»? 

Kamel Daoud (Le Quotidien d'Oran)

 

A lire aussi

Algérie: la visite de Hollande n'emballe pas les internautes

François Hollande, président VRP en Algérie

Feu vert pour Renault en Algérie

Hollande en Algérie: une visite aux forts accents de business industriel

Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

Abdelaziz Bouteflika

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Farce

Un discours d'investiture poussif et inaudible

Un discours d'investiture poussif et inaudible

APN

Vu d'oran

L'Algérie, ce pays de vaniteux

L'Algérie, ce pays de vaniteux

colonisation

Congo-Océan

En finir avec l'amnésie de la France sur son passé colonial

En finir avec l'amnésie de la France sur son passé colonial

Botowamungu Kalome (AEM), Envoyé spécial à Casablanca, Maroc

Docteur Guitoukoulou :

Docteur Guitoukoulou :

Med Aziz Ben Mustapha

Analyse de La Lettre d’intention de la Tunisie envers le FMI : Dernière étape avant la colonisation

Analyse de La Lettre d’intention de la Tunisie envers le FMI : Dernière étape avant la colonisation