mis à jour le

Guinée: le procès des initiateurs de la constestation s'ouvre

Le procès des principaux initiateurs des manifestations contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé en Guinée s'est ouvert dans une atmosphère tendue mercredi à Conakry, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les huit responsables du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition rassemblant des partis d'opposition, des syndicats et des membres de la société civile, sont jugés pour avoir tenu des propos de nature à troubler l'ordre public en appelant à manifester, selon l'accusation.

Ils comparaissent devant le tribunal de première instance de Dixinn, un quartier de Conakry, placé sous haute protection, alors que la capitale et plusieurs autres villes ont été en proie lundi et mardi à une agitation meurtrière, ont constaté des correspondants de l'AFP.

Ils avaient été interpellés samedi au domicile du coordinateur du FNDC, l'ancien ministre Abdourahmane Sanoh.

Leur avocat, Salifou Béavogui, escompte un jugement plus tard dans la journée et s'attend à ce que ses clients soient "punis", a-t-il dit à l'AFP lors d'une interruption d'audience.

Ils encourent selon lui des peines allant de 3 à 5 ans de prison. "Nous allons plaider non-coupable", a-t-il souligné.

Interrogé en premier, M. Sanoh "ne reconnaît pas les faits" qui lui sont reprochés et il "s'engage à poursuivre le combat contre un changement de la Constitution", a ajouté l'avocat.

Constituée en avril, le FNDC milite avec virulence contre un projet de révision de la Constitution, évoqué par le pouvoir, qui permettrait à Alpha Condé, 81 ans, de se présenter fin 2020 pour un troisième mandat, alors que leur nombre est limité à deux dans cette ancienne colonie française d'Afrique de l'Ouest.

Des heurts ont agité Conakry et plusieurs villes depuis lundi, faisant au moins six morts parmi les manifestants, tués par les forces de l'ordre, selon des proches et des médecins.

Le gouvernement assure que les forces de sécurité ne font pas usage d'armes à feu et ont confirmé seulement la mort d'un habitant de Conakry et d'un gendarme.

Ces tensions alarment l'ONU, inquiète d'une escalade dans un pays pauvre malgré ses importantes ressources minières, à la stabilité incertaine, coutumier des protestations et des répressions extrêmement violentes.

AFP

Ses derniers articles: "Emmène-moi vite" au Bénin: les incontournables taxi-motos de la présidentielle  Présidentielle au Tchad: une opposition sans envergure face  Ismaël Omar Guelleh réélu avec 98,58% des voix 

Conakry

AFP

Guinée: Conakry sous haute sécurité, une médiation en cours

Guinée: Conakry sous haute sécurité, une médiation en cours

AFP

Présidentielle en Guinée: Condé déclaré vainqueur, violences

Présidentielle en Guinée: Condé déclaré vainqueur, violences

AFP

Présidentielle en Guinée: les accès au centre de Conakry bloqués, un officier tué

Présidentielle en Guinée: les accès au centre de Conakry bloqués, un officier tué

procès

AFP

Au procès Bouaké, trois accusés bien suivis et connus des Français

Au procès Bouaké, trois accusés bien suivis et connus des Français

AFP

Procès de la "terreur de l'ouest ivoirien": Amadé Ouérémi continue de nier toute responsabilité

Procès de la "terreur de l'ouest ivoirien": Amadé Ouérémi continue de nier toute responsabilité

AFP

Au procès du bombardement de Bouaké, l'ex chef du renseignement français sur la réserve

Au procès du bombardement de Bouaké, l'ex chef du renseignement français sur la réserve